En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 28 avril 2017

Corée, les USA tentent un coup de poker très risqué.

Linternaute Vendredi 28 avril 2017, 23h15 
Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a lancé vendredi à l'ONU un appel à contrecarrer la "menace nucléaire" nord-coréenne aux "conséquences catastrophiques", exhortant la Chine à isoler économiquement et diplomatiquement son allié Pyongyang.
Le secrétaire d’État a présidé une réunion ministérielle exceptionnelle des 15 pays du Conseil de sécurité, où il a prôné des "pressions économiques et diplomatiques" sur la Corée du Nord, tout en menaçant de recourir à la force pour faire plier le régime de Kim Jong-Un.
"Ne pas agir maintenant sur la question sécuritaire la plus urgente dans le monde pourrait avoir des conséquences catastrophiques", a mis en garde M. Tillerson.
Signe de cette urgence pour les États-Unis, dont Hawaï ou la côte nord-ouest pourraient être à portée de missiles nord-coréens, le secrétaire d’État a affirmé que "la menace d'une attaque nucléaire nord-coréenne sur Séoul ou Tokyo était réelle", voire que le régime communiste pourrait un jour "frapper le territoire des États-Unis".
"Toutes les options en réponse à de futures provocations doivent rester sur la table", a-t-il martelé, après que le président Donald Trump a averti jeudi auprès de l'agence Reuters de la "possibilité que nous finissions par avoir un conflit vraiment majeur avec la Corée du Nord".

- 'Action militaire' -

M. Tillerson a souligné la "volonté de contrecarrer l'agression nord-coréenne avec une action militaire si nécessaire", assurant toutefois que les États-Unis "préféraient de beaucoup une solution négociée" diplomatiquement.
Mais alors qu'il avait réitéré vendredi matin sur la radio publique NPR une vieille offre de dialogue direct Washington-Pyongyang, le secrétaire d’État a affirmé devant les Nations unies que les États-Unis "ne récompenseraient pas le mauvais comportement (de la Corée du Nord) avec des négociations".
Pyongyang s'était engagé à partir de 2003 dans des pourparlers à six avec la Corée du Sud, le Japon, la Russie, les États-Unis et la Chine. Ces tractations avaient capoté en 2009 et l'administration de Barack Obama (2009-2017) n'avait cessé pendant huit ans de manier le bâton des sanctions et la carotte d'une relance des discussions.
Mais le régime nord-coréen a multiplié ses tirs de missiles balistiques, procédant même à cinq essais nucléaires souterrains, dont deux en 2016. Ces programmes militaires lui ont valu une série de résolutions de l'ONU et une batterie de sanctions internationales. D'après des experts onusiens, ces mesures punitives ont toutefois eu peu d'impact sur Pyongyang.
Dans un appel solennel au Conseil de sécurité, Rex Tillerson a réclamé que la communauté internationale "impose davantage de pressions diplomatiques et économiques sur le régime nord-coréen", notamment par des ruptures de relations diplomatiques.

- 'Levier' chinois -

C'est donc naturellement vers la Chine, principale alliée de la Corée du Nord, que Rex Tillerson s'est tourné. Arrivée au pouvoir le 20 janvier, l'administration Trump a suivi les pas de l'équipe Obama sur le dossier nord-coréen, mais elle semble davantage déterminée à faire pression sur Pékin.
"Nous devons tous faire notre part, mais la Chine représente 90% des échanges commerciaux nord-coréens, la Chine a un levier économique sur Pyongyang qui est unique et son rôle est particulièrement important", a pressé M. Tillerson, en présence de son homologue chinois Wang Yi qu'il devait voir en tête-à-tête dans l'après-midi.
Le ministre américain a dit attendre "des actions supplémentaires" de Pékin pour contraindre son voisin nord-coréen.
Le chef de la diplomatie chinoise a rétorqué que son pays appliquait scrupuleusement toutes les sanctions de l'ONU.
Vantant les vertus du "dialogue" en vue de la "dénucléarisation de la péninsule", Wang Yi a mis en garde contre les risques de "chaos" et de "plus grandes catastrophes" en cas de recours à la force.
Il a aussi remis en avant une proposition chinoise d'un gel des programmes nucléaire et balistique nord-coréens, en échange d'un arrêt des exercices militaires entre les États-Unis et la Corée du Sud, liés par un traité d'alliance depuis la Guerre de Corée (1950-53).
Pour le patron de la diplomatie chinoise, cette proposition est "sensée et raisonnable" mais les États-Unis l'ont plusieurs fois rejetée.
Prenant les devants, l'Américain Tillerson a aussi promis que les États-Unis "ne cherchaient pas un changement de régime (...) ni quelque prétexte pour une réunification accélérée" des deux Corées.
De son côté, la Russie, par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères Guennadi Gatilov, a dénoncé une "rhétorique" de "guerre" et une "démonstration de force irréfléchie" qui pourraient avoir des "conséquences effrayantes".
Les USA opèrent toujours de la même manière. Ils organisent une situation de crise avant de se poser en conciliateur ou en victime puis de tenter de rayer le pays de la carte. Comme ni la Chine, ni la Russie ne peuvent céder, Les USA poussent à la guerre pensant que leur supériorité au poker fera céder les joueurs de Go et d’Échecs. Ce n'est pas gagné Uncle SAm, tu risques vraiment gros à ce jeu de con.

Macron explique qu'avec lui les entreprises continuerons à fermer







A se demander si les partisans de Macron ne sont pas lobotomisés.

Macron fait fuhrer | EuroCalifat

Macron fait fuhrer | EuroCalifat

Tableau comparatif entre Hitler, Macron et Le Pen



Qui est le gagnant ?

Je ne suis pas face à Berlin, je suis avec Berlin !



Celle-ci aussi elle est trop belle . Que ces connards de macronistes ne viennent pas après chouiner comme quoi ils ne savaient pas .
Macron c'est le destructeur de la France depuis Bouvines. Le Roi de France n'est plus empereur en son royaume.

Viendra un jour où nous devrons forcer toutes les femmes à porter le foulard ...



Le chancelier autrichien aime beaucoup les femmes et défend même le droit des Autrichiennes non musulmanes à être voilées, de force s'il le faut.

mercredi 26 avril 2017

info / Maria Zakharova la résolution de l’ONU « Ça, c’est Colin Powell...





Pendant ce temps là la vie continue, mais les magouilles sont les mêmes ici ou ailleurs. Brillante intervention de Maria Zakharova


Le 8 mai 2017

Ce que pourrait bien être la matinée du 08 mai

2017 le coup d'Etat ou pourquoi il faut à tout prix voter Marine Le Pen

Pourquoi il faut absolument voter Marine Le Pen quelles que soient vos opinions si vous voulez entraver le coup d’État concocté par une clique d'affairistes, de milliardaires et d'hommes de gauche, (surtout celle du portefeuille).
La manœuvre engagée par ces milieux que par facilité nous nommons les mondialistes vise à terme à circonvenir les Français et leurs institutions en vue de fondre la France dans une gouvernance européenne puis mondiale basée sur la course au profit aux dépends du droit des gens et du droit des peuples..


Source 2017 Le coup d’État sur networkpointzero
 
Une fois de plus, cet article est long. Prenez le temps de le lire tranquillement, mais lisez le. Il révèle comment certains acteurs ont préparé minutieusement ce qu’il faut bien appeler un coup d’État. Il s’agit pour eux de pérenniser, coûte que coûte, la politique engagée par François Hollande. Alors qu’ils se persuadent de servir les desseins heureux de la France, ces putschistes sont en passe de réussir leur ultime objectif, celui de faire perdre à notre pays son libre arbitre, en soumettant son peuple et en violant la démocratie
L’heure est grave.
[... ]
En 2005, vous avez, pour certains d’entre vous, participé au referendum du TCE (Traité pour une Constitution Européenne) vous avez détesté le battage médiatique outrancier pour le « oui » ? Vous avez applaudi son rejet par 55% des Français ? Vous avez protesté contre la transformation du TCE en Traité de Lisbonne adopté par le Parlement réuni en Congrès en 2012 ? Vous avez hurlé au déni de démocratie ? Un coup porté à la voix du peuple…un véritable coup d’État ?
Eh bien c’est, à peu de chose près, ce qui se passe aujourd’hui pour faire élire un candidat choisi par la même oligarchie, par les mêmes élus de gauche et de droite, par les mêmes media et pour les mêmes objectifs. Exactement les mêmes. De VGE à Cohn Bendit en passant par Hollande et Bayrou, de TF1 à Libération, du Monde au journal Les Échos, les Pineau, Arnault, Bolloré, tous participent à la promotion d’un seul et même vœu… le « oui » pour Emmanuel Macron.
Vous lirez la suite sur networkpointzero

Pourquoi voter Le Pen même si vous n'êtes pas de droite et même si vous vous vous êtes laissé piégé par la doxa selon laquelle Le Pen et le diable c'est du pareil au même ?
Parce que Le Pen n'est pas encore contrôlée ou pas totalement contrôlée par ceux qui ont conçu le FN comme un repoussoir démocratique, une sorte de lentille gravitationnelle visant à faire converger les votes sur son adversaire du  moment .
Voter Le Pen c'est jeter un bâton dans les roues de leur machine si bien huilée et qu'ils croient impossible à arrêter .
Le Pen, élue, ce ne seront pas des lendemains qui chantent, le début au moins sera très très dur et la suite aussi, mais il faut savoir si nous préférons être mangés cuits ou fatiguer et faire du mal à nos prédateurs ?
On ne peut pas non plus exclure que dans cercle le plus proche de ses conseillers, des personnalités éminentes ne soient pas des agents dormants qui se mettront en branle dès le premier jour de l'élection.
Rien n'est gagné mais rien n'est perdu non plus.

mardi 25 avril 2017

lundi 24 avril 2017

Churchill avait bien raison

Méditons cette phrase prêtée à Churchill :
"Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous avez la guerre et le déshonneur"

et cette autre de Sardou :
"Ne m’appelez plus jamais France" .

Amère victoire, amère défaite

Le 17 novembre  j'écrivais un article titré "Macron se présente" , dont le sous-titre était  "et pourquoi il sera élu".
Macron se présente ... et pourquoi il sera élu.
Macron se présente, et il va plaire aux Français, parce qu'en tout temps, à toute heure, le Français à toujours préféré la facilité quand on lui en offrait la possibilité. C'est peut-être la principale caractéristique de la démocratie : elle est délétère. Elle offre un choix - depuis plusieurs années celui-ci est cantonné entre le mauvais et le pire - qui fait que naturellement la foule se porte sur le plus facile, celui qui coutera le moins d'effort, le plus joli, le mieux tourné.
En gros si l'on exclut les candidatures folkloriques, nous allons avoir trois ou quatre candidats potentiellement présidentiables. La plupart sont des chevaux de retour, anciens condamnés, anciens ministres sinistres, ancien président peut-être, impliqués dans des affaires louches .
Certains n'ont pas fait quand ils le pouvaient mais nous expliqueront pendant 6 mois comment faire si ... .
Une femme sera candidate, mais elle a tué le père et s'habille désormais de bleu et elle a remplacé la flamme par le goupillon Canard WC. Comme ses idées semblent avoir suivi le même chemin évolutif son accès à l’Élysée apparait de plus en plus comme un mirage. Son parti aura au moins réussi cela en quarante ans d'existence, tout faire pour ne pas courir le risque de gagner. Passons.
Et puis voilà le Beau-Joli, comme Faizant appelait Fabius. C'est tout frais c'est tout propre, son épouse-maman veille sur lui comme sur un poupon. C'est le fils de la banque et en fait il veut vous faire suer le burnous. Il ne le dit pas comme ça mais c'est ce qu'il fera au nom de la Liberté bien sûr. C'est le candidat idéal des mondialistes qui en ont assez de trainer des vieux croutons, anciens trucs et machins et qui ont prouvé leur inefficacité.
Il m'apparait un peu comme un clone de Trump, qui curieusement me semble de plus en plus le candidat réel de la Banque et du système contre la vieille chose cacochyme qui n'était là que pour faire illusion. On a cru, j'ai cru, qu'il n'était là que pour faire élire Clinton, par effet repoussoir . C'était exactement le contraire. Ils sont très forts au sommet de l'Empire.
Les Français sont très friands de jeunesse ne fut-elle que d'apparence, ils adorent les belles paroles et les idées creuses, ils adoreront la société froide, dure et impersonnelle que nous concoctera le fils de la Banque. Ils ne s'en rendront compte que lorsqu'ils ne pourront plus rien faire contre.

Les Français voteront donc pour Emmanuel.

Au passage vous noterez mes quelques mots prémonitoires sur Trump dont je ne me souvenais pas les avoir écrits si tôt.  ...

Il n'y a rien à ajouter au triste constat que je faisais à l'époque sur la vacuité du personnage et celle plus dramatique des Français. Ce n'est pas en vain que la République a depuis plus de deux siècle fauché et dilapidé les forces vives  de ce pays à l'occasion des deux guerres, c'est certain, mais aussi  grâce à des purges qui pour être plus sournoises n'en ont pas été moins efficaces. Purge de la pensée, purge du consumérisme à outrance qui avilit l'âme et le corps . C'est  sans réelle surprise que nous en sommes arrivés là 

Nous voici désormais au bord du gouffre dont nous savions tous qu'il approchait à toute vitesse. A cette occasion saluons , si je puis dire, la classe politique quasi toute entière , qui s'est conformée aux prévisions.
A l'exception du FN qui ne peut pas faire autrement, un coup de chapeau à l'extrême gauche qui, malgré tout ce qui nous sépare, semble conserver une certaine retenue vis à vis de Macron. Tout le reste est à jeter, du premier au dernier.
Même Fillon, étrillé et  quasiment mis à mort politiquement par le système, se rend à Canossa à genoux et en robe de bure. Aujourd'hui, Ô Tempora Ô Mores  ! on ne fait plus amende  honorable,  on taille une petite pipe en public, mais ça revient au même.

J'aurais certainement l'occasion d'y revenir les jours  prochains, mais il va être vital de trouver des moyens de survivre à la catastrophique présidence Macron qui nous fera regretter  le règne hideux du caramel mou.

dimanche 23 avril 2017

Bientôt un vent au pouvoir !

Preuve est faite qu'avec beaucoup d'argent on peut créer une baudruche qui soit présente au second tour.
Cette élection démontre une chose, c'est que la démocratie représentative n'a aucune valeur.

Deux alternatives : l'émigration ou le réduit nationaliste

Avec la quasi défaite de MLP , un misérable 23%, il faut convenir que les Français dans leur grande majorité sont des merdes qui ne valent pas que l'on se batte pour eux.
Ils veulent du capitalisme sauvage sous la férule mondialiste, teinté de programmes sociaux pour allogènes, ils vont en avoir jusqu'à chier tout cela par les yeux.

J'ai longtemps été réticent au départ,  très prosaïquement car je n’ai plus vraiment l'âge de refaire quelque chose ailleurs, mais il ne reste plus, à échéance d'une dizaine d'années que la sécession dans un réduit Français et/ou le départ vers des contrées moins chargées de vents mauvais.
Vers quelles contrées ?
L'Afrique, l'Amérique du Sud, l'Europe de l'Est ou l'Extrême-Orient.

Tous ont leurs avantages et leurs inconvénients, mais ce qui parait évident c'est qu'il faudra choisir un pays que le mondialisme négligera pour le moment et présentant à la fois un régime fort et un potentiel économique . A mon âge cela a peu d'importance, mais pour des plus jeunes c'est vital.

La solution  de la sécession est aussi une possibilité mais qui n'a jamais fonctionné en France . Ce sera une solution de désespoir  qui ne pourrait prendre effet que sous la direction d'un homme ou d'un groupe d'hommes très motivés, ce qu'il nous manque depuis plusieurs décennies.