En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 19 avril 2018

L'affaire Vincent Lambert : à méditer ! demain ce sera peut-être vous

L’appel de 70 médecins :
« Il est manifeste que Vincent Lambert n’est pas en fin de vie»

70 professionnels de santé de diverses spécialités publient une tribune dans Le Figaro pour dénoncer une «euthanasie qui ne dit pas son nom». Ils demandent que Vincent Lambert soit transféré dans une unité spécialisée.
Source MPI

mercredi 18 avril 2018

Skripal : Londres admet les conclusions de l'OIAC qui se dit incapable d'incriminer la Russie

Skripal : Londres admet les conclusions de l'OIAC qui se dit incapable d'incriminer la Russie: Le 12 avril dernier, l'OIAC s'était dite incapable de déterminer l'origine de l'agent innervant. Un mois après les accusations de Theresa May et de Boris Johnson, Londres n'a toujours pas prouvé l'implication de la Russie dans l'affaire Skripal.

mardi 17 avril 2018

Le couple Monsieur-Madame

Le couple Monsieur-Madame prépare sa tournée ?


C'est indécent .

Al Andalus, le mythe d'un islam fertile

 Article publié sur le site Les Identitiares à propos du livre de Serafin Fanjul Al Andalus, l'invention d'un mythe .
« La domination arabe jeta un vif éclat, fit fleurir les arts et les sciences, se distingua même par sa tolérance religieuse ». Voilà ce qu’un Français de 1904 pouvait lire à propos de l’histoire de la conquête musulmane de l’Espagne dans le Larousse paru cette année-là. Ainsi donc, le mythe d’Al-Andalus, lieu de tolérance et de savoir, n’est pas une création récente, une lubie de l’institut du monde arabe présidé par Jack Lang. Force est donc de constater que ce mythe est profondément ancré dans la pensée européenne, au point qu’il est certain que c’est en elle, d’abord, qu’il est né, par elle qu’il s’est propagé, et ce jusqu’au monde arabe contemporain qui n’en demandait pas tant, mais auquel il serait fort injuste d’en reprocher un abus d’usage.
Nous disons mythe pour désigner un phénomène historique qu’il serait absurde de nier – l’occupation musulmane de l’Espagne durant huit siècles – mais dont il s’agit de souligner l’idéalisation qui en est faite. Cette idéalisation répond à une fascination pour l’Autre, une fascination femelle, qui a engendré au cours du XIXème siècle dans le monde des arts européens, et tout particulièrement en France, la mode de l’Orientalisme. Du Voyage en Orient de Nerval (1851) au Voyage en Orient d’Hermann Hesse (1932), c’est toujours la même quête utopique d’un autre soi-même, de l’Autre qui vous révèle vous-même et, vous révélant, vous unit à lui. L’ailleurs comme lieu enchanté de fécondation et de re-naissance.
Dans ce contexte, Al-Andalus est donc d’abord une partie de l’histoire de la psyché européenne, de la permanence d’un trouble mortel, celui de penser l’Autre semblable, de se vouloir semblable à lui, d’être disposé à s’anéantir en lui ou par lui afin de parvenir à cette semblance. Être pour ne pas être. L’Autre pour je.
Ces considérations générales posées, que dire du mythe Al-Andalus ? Qu’il est d’abord pour les musulmans une thérapie de l’ego : « non, vous n’êtes pas des joueurs de deuxième division civilisationnelle. Oui, il a existé un lieu et une époque où votre civilisation était plus avancée que celles d’Europe. Mieux ! C’est votre civilisation qui a transmis et enrichi les savoirs de l’antiquité grecque aux Européens ». Toutes proportions gardées, Al-Andalus est aux musulmans de 2018 ce que l’enseignement des « empires » africains du Mali du XVIIème siècle, récemment intégré aux programmes de l’Éducation nationale « française », est à certains élèves du 93. Une prothèse identitaire réparatrice.
Le mythe d’Al-Andalus a sur les Européens l’effet inverse, et c’est évidemment celui qui est recherché :  « Européens, vous n’avez pas toujours été à l’avant-garde de l’humanité. Sciences, arts… vous êtes en dette envers l’islam. Et quel islam ! Un islam tolérant où musulmans, juifs et chrétiens, et peut-être même quelques licornes roses, vivaient harmonieusement grâce à la remarquable ouverture d’esprit qui régnait dans Al-Andalus. Puisqu’il a existé un tel islam, rien ne s’oppose à ce qu’il existe de nouveau, rien non plus ne permet de dire que cet islam n’est pas le vrai ». En d’autres termes, Al-Andalus est un mythe compatible avec la République, une supposée leçon d’histoire pour pouvoir continuer à s’en raconter.
Or, si Al-Andalus est bien un mythe, et si tout mythe repose sur une part d’imagination, et donc de jolis mensonges, il faut considérer qu’avant d’être un mythe, Al-Andalus est d’abord un mensonge. Et c’est sur celui-ci que le mythe a pris racine et a grandi. Pour le montrer, il existe plusieurs ouvrages mais aucun de plus pertinent, complet, efficace, que celui de Serafin Fanjul : « Al-Andalus, l’invention d’un mythe ».
Qui est Serafin Fanjul ? Un des plus éminents professeurs d’Espagne, docteur en philologie sémitique, professeur en littérature arabe, ancien directeur du centre culturel hispanique du Caire. Un homme de gauche, hostile au franquisme, étranger à toute nostalgie pour l’Espagne catholique. Ce qu’il écrit du haut d’une érudition vertigineuse est pesé, vérifié, certifié. Dans son pavé de 700 pages, il disloque, chapitre après chapitre, et anéantit le mythe Al-Andalus. Qu’en retenir d’essentiel ?
L’apport linguistique ? Il est infime. 0,5 % du vocabulaire espagnol a une origine arabo-berbère. Un pourcentage résiduel, en voie d’épuisement, puisque renvoyant à des catégories, choses, objets, qui ne sont plus, ou plus guère utilisés, de nos jours. Plus fondamental : la langue espagnole est une langue indo-européenne. Enfin, le reliquat d’origine arabe présent encore dans la langue espagnole ne renvoie à aucun paysage mental spirituel, est inapte à peupler la moindre réflexion abstraite. Ces mots témoignent d’une pensée figée, impropre à l’arraisonnement du monde.
Les sciences, et au premier rang la médecine ? Fanjul montre que les docteurs d’Al-Andalus puisent tout leur savoir chez les Grecs. L’ont-ils au moins transmis aux Européens ? Non, en ce que Byzance constituait un canal plus prolifique à cette fin (1).
La fameuse « convicencia » ? Cette « coexistence » dont se gargarise une certaine gauche intellectuelle tenait davantage du modèle sud-africain de l’Apartheid que d’une société multiculturelle où idées et mœurs cohabitent sur un même pied. La haine était le ciment d’Al-Andalus. Haine des soumis envers leurs maîtres, peur haineuse des maîtres de subir une révolte des soumis, suspicion des musulmans envers les convertis et même les descendants de convertis. Car dans l’Espagne arabo-musulmane vivaient nombre de convertis ou de métis d’Européens islamisés, à commencer par Abd-al-Rahman III, calife de Cordoue (929 – 961) aux trois quarts européen. Les chroniques en attestent, ce souverain était blond aux yeux bleus. À son grand désespoir ! Aussi se teignait-il les cheveux pour paraître plus arabe. Pourquoi ces convertis, ces métis, n’ont-ils pas joué un rôle plus décisif dans le développement de la culture en Al-Andalus ? Leur nombre était-il par trop limité ? La réponse est des plus simples. L’Islam, lorsqu’il apparaît sur un nouveau territoire, s’installe à la place des autres cultures et les remplace. Ni adaptation, ni compromis, c’est l’effacement et la substitution.
Al-Andalus est donc un mythe incapacitant. Il vise à paralyser la résistance des peuples européens face au retour de l’islam sur leur continent. Il est important de remarquer que les propagateurs intellectuels d’Al-Andalus, phénomène historique qui n’est rien d’autre qu’une conquête et une colonisation d’un territoire, sont les mêmes qui condamnent la conquête et la colonisation française en Algérie. Pour ces gens, l’Européen a toujours tort. Tort de coloniser les autres, tort de ne pas accepter d’être colonisé par les autres. Ce à quoi ils appellent inconsciemment, c’est au suicide. Ne jamais l’oublier : derrière les mensonges, les manipulations, il y a cette pulsion de mort. Le « vivre ensemble » est d’abord un cimetière de l’esprit.
Nicolas Verdier
(1) Voir à ce sujet « Aristote au Mont Saint Michel » de Sylvain Gouguenheim

lundi 16 avril 2018

Frapppes en Syrie

Frappes sur la Syrie : résultats et conséquences, par le général Delawarde

Par le Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre électronique » à l’État-major interarmées de planification opérationnelle ♦ Difficile de savoir ce qui s’est passé sur le théâtre d’opérations syrien. Le point de vue qui suit du général Delawarde est plutôt sceptique sur le résultat des frappes atlantistes. A t-il raison , a t il tort ? Nous ne le savons pas mais il nous paraît un contrepoint utile à la version des gouvernements et des médias de propagande occidentaux.
Polemia


Le Général Delawarde fait un point sur les  frappes en Syrie.

L'article sur Polemia

 

La preuve irréfutable que la Syrie disposait bien d'usines d'armes chimiques









Qui après ce reportage pourra affirmer que Macron est un gros con ? Il fallait mettre fin à ce type d'industrie chimique bactéricide !

dimanche 15 avril 2018

samedi 14 avril 2018

L'oeil du cyclone

Après la frappe  de cette nuit dernière, ce qui me frappe le plus c'est le quasi silence.
Naturellement nous voyons cela à travers le prisme de  la censure nationale et nos journalistes ignorants en tout s’agitent comme à l'accoutumée dans ce genre de situation, les obscurs retraités de la Défense se retrouvent parachutés "experts militaires" le temps d'un JT , mais du côté russe, on ne peut même pas dire que la réponse est mesurée, je la trouve glaciale . Glaciale et menaçante, car sauf  à perdre toute crédibilité vis à vis de ses alliés, Poutine ne peut laisser les choses en l'état.
La réponse russe ne sera pas immédiate, ce n'est pas le genre de la maison, mais il est  probable qu'à défaut de s'en prendre directement aux USA, les Russes ne fassent passer la note sur les deux alliés, nous et les Anglais.
Je prévois donc des surprises désagréables pour les semaines voire les mois à venir

Conforme au scénario dénoncé par les Russes


L'attaque qui s'est déroulée cette nuit est quasiment en tous points conforme au scénario dénoncé par les Russes il y a quelques semaines avant l'attaque de la Gouta, elle aussi dénoncée à cette occasion, avant sa réalisation.

jeudi 12 avril 2018

Syrie la baudruche se dégonflerait-elle ?

Après les déclarations de matamore de Trump (ma fusée elle est plus grosse que la tienne) et de Macron (toi l'ours tu vas pleurer de ma piqûre de moustique ) ainsi que la démarche à reculons  de May (poussez pas derrière, j'en suis pas si sûre que ça, commencez sans moi, j'arrive après) , il semblerait que la baudruche se dégonfle.

Pour les USA "toutes les options sont sur la table, enfin on vient de les y remettre",
pour Macron "quand est-ce que j'ai dit qu'on y allait, vous avez mal compris, on ira ... un jour"
et May "...ouf...".

Pour autant il faut être de plus en plus vigilant même si nos moyens d'actions sont nuls ou presque : nous ne prenons pas d'assaut des bâtiments publics, n'enflammons pas les policiers et notre niveau d'insulte est très mesuré. Au moins soyons un témoignage de l'ignominie de la position de nos dirigeants.

mercredi 11 avril 2018

Bonjour la diversité !

Dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'un couple de policiers chez eux, à Magnanville, en juin 2016, les enquêteurs ont retrouvé les données personnelles de 2626 policiers sur une clé USB détenue par une femme fichée S, déjà en détention dans le cadre d'une enquête sur l'aide à des filières djihadistes.
On apprend aussi à cette occasion que cette femme aurait été aidée par une policière "ex-responsable départementale du syndicat policier Alliance, ainsi que son fils de 26 ans et sa fille de 30 ans. La famille avait hébergé au printemps 2016 Mina B., qui se trouvait être une amie de la fille de la policière, elle-même décrite comme radicalisée. "

Bonjour la diversité ! Et ça n'est que le début, le pire reste à venir !

Source Le Point et RT France

mardi 10 avril 2018

France une intervention risquée en Syrie ?

Philippe, le Maçon antichrist, menace la Syrie de mesures de rétorsion militaire après le énième fake aux gaz toxiques.
Philippe, outre qu'il sait qu'il met ainsi le pied dans l'engrenage d'une guerre contre la Russie, non pas pour des motifs loyaux, sincères et équitables, ce qui serait tout à son honneur, et au nôtre, mais en larbin au service de mondialisme et plus concrètement des intérêts US, prend des risques insensés pouvant avoir les conséquences les plus néfastes pour la défense ultérieure de la France.

Lors de la fusillade meurtrière qui s'est produite à Gaza le 30 mars a-t-on entendu Philippe faire une remontrance à Israël et menacer cet État de ne plus lui acheter de pamplemousses pendant une semaine ? même pas !
Pourtant le 30 avril il y a certainement eu plus de morts à Gaza que de tués par gaz pendant les sept années de guerre en Syrie.
Philippe, aussi confiant soit-il dans la force militaire française prend un gros risque. Une attaque aérienne contre des positions syriennes pourrait pousser les Russes à faire une démonstration in situ de leur système S-400.
Ce qu'ils n'ont pas fait contre les USA, c'est à dire attaquer les porteurs , ils pourraient le faire contre les Français, parce que les Français ne sont que des supplétifs.
On pourrait ainsi voir si le Scalp est si furtif que ça et surtout, même à 400 km de distance si les Rafale tiennent la route en situation de combat.

Quoi qu'il en soit une situation très explosive et il m'ennuierait que la France soit à l'origine d'un conflit où nous n'avons  rien à gagner et tout à perdre .

Comme l'écrit Marie-Julie Jehanny, lorsque que commenceront les émeutes les militaires seront éloignés de France et les forces de l’ordre seront réduites. C’est pendant cette période troublée, que seront promulguées des lois infâmes, visant entre autres à établir une mainmise du pouvoir sur la religion, asservissant le clergé au pouvoir révolutionnaire, persécutant toute opposition, coupant tout lien hiérarchique avec Rome [...]
Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal événement, leurs oreilles ne seront pas sourdes !

De Villiers, le général, préfère Trump à Macron

Le Général Pierre de Villiers, ex-chef d’État-Major des armées (CEMA), rejoint le groupe américain Boston Consulting Group (BCG), géant du conseil en stratégie,  dont il est devenu « Senior Advisor » depuis le 3 avril dernier.
Fondée en 1963, Boston Consulting Group se présente comme le leader mondial du conseil en stratégie d’entreprise et compte 90 bureaux dans 50 pays.
Son activité consiste essentiellement à assurer l’essor des entreprises américaines à travers le monde !

Source MPI 

Catholiques préparez vous à avoir mal à l'anus !

Macron a décidé de courtiser les Cathos en prévision des électinos européennes.

La Catho est bon par essence, même si cette religion comporte sa part d'éléments obscurs comme partout, mais par définition le Catho doit être bon , c'est sa nature. Bon souvent jusqu'à l'excès, surtout depuis Vatican II.

Avant, l’Église était dirigée, pas toujours par des saints il faut l'avouer, mais dirigée quand même et possédait la notion de guerre juste et de guerre défensive ainsi que la notion de défense de la foi. il n'était pas question de baisser la culotte devant le mahométan ni devant le révolutionnaire. Ces saintes notions se sont diluées dans l'esprit du siècle tout au long des deux siècles précédents pour arriver à un sommet paroxysmique avec Vatican II.
Macron a bien compris cela et surtout que bon rimait avec con  pour former une rime riche.
Pour ceux qui n'auraient pas vu "Le Dictateur" de Chaplin, je vous renvoie à une scène ou Hinkel décide de sursoir aux vexations envers le Juifs, le temps de se voir accorder le prêt qui lui permettra  d'envahir un pays voisin. C'est saisissant de ressemblance.

Les Cathos ont perdu toute place dans ce pays, place qui leur revient de droit, leurs lieux de cultes ne leur appartiennent plus depuis 1905, tout leur a été confisqué, les exogènes peuvent squatter n'importe quel lieu de culte catholique avec la bénédiction laïque du pouvoir qui mettra des semaines à les évacuer, sans oublier la collaboration et la pieuse compréhension de ces évêques conciliaires, les Femen peuvent venir insulter les catholiques, elles sont systématiquement relaxées ou condamnées dans le pire des cas à une peine bénigne. Allez donc chier devant le GO et on reparlera de l'égalité des peines.

Macron se prépare donc à faire d'une pierre deux coups.
D'une part il va brosser le catho et l'épiscopat dans le sens du poil pour leur demander de voter pour lui aux prochaines élections, d'autre part dans un grand souci de réconciliation, il va proposer l'abrogation ou l'aménagement de la loi de 1905 (sans restitution, faut quand même pas déconner ! ) et les cathos béats, au bord de l'orgasme extatique, vont accepter, quand le but réel sera de financer un islam de France sur fonds publics  donc essentiellement avec de l'argent provenant de la part de Cathos pratiquants ou pas.

Le piège est infernal. Soit on vous la met avec vaseline, soit on vous la met quand même mais avec, en prime, le déchaînement anticatholique que l'on sent poindre à toute occasion .
De toute façon, le déchaînement anti-catholique on l'aura quand même, c'est une vieille habitude de la Gueuse.