En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 18 novembre 2017

Maëlys ou comment nos enfants sont dévorés par les ogres.

Les affaires de disparition d'enfant sont toujours dramatiques . Quand on retrouve le corps on peut entamer plus ou moins fructueusement des recherches mais quand le corps n'est pas là, comment imaginer l'angoisse des parents, cet acide qui les ronge de l'intérieur.
Environ 45000 enfants disparaissent en France chaque année et environ 11000 -  30 par jour - restent introuvables au bout d'un an !
Au bout de plusieurs années, il reste environ 1200 disparitions inquiétantes  . Environ 700 enfants ne sont a priori jamais retrouvés . Quand on pense qu'il y a quelques années, s'affichaient sur nos murs les photos d'une dizaine d'enfants disparus on mesure l'énorme distance entre le discours et la réalité
Ces chiffres sont incroyables et on peut parler à juste titre d'omerta des pouvoirs publics et des médias.
Pour une affaire Marion ou Maëlys, combien d'affaires restent cachées, combien de mères et de pères voient leur vie détruite.
Dans l'affaire Maëlys, on voit un suspect que tout accuse ou du moins un faisceau de présomptions qui l'accuse, tenir tête à la police comme s'il se savait protégé par une sorte d'impunité.
Et cette impunité n'est pas qu'une illusion.
Récemment, l'avocat a demandé  à ce que les toutes premières déclarations du suspect soient rayées du dossier pour vice de procédure . Une affaire de caméra en panne ou non utilisée. Les déclarations à chaud sont très importantes car le suspect n'a pas nécessairement encore eu le temps de se bâtir un alibi solide.
Comment dans une affaire criminelle une telle faute peut-elle se produire ?
Comment une petite frappe,  dealer à ses heures peut-elle résister durablement à des interrogatoires ?

Pour moi la réponse est évidente, il y a dans ce pays des réseaux pédo-sataniques qui se fournissent en chair fraiche auprès de fournisseurs auxquels ils garantissent une impunité sous condition de silence et qu'ils rétribuent (largement ?). Ces enfants servent à des orgies sexuelles et très probablement à des sacrifices humains. On ne voit jamais ressurgir, à ma connaissance, des enfants disant qu'ils ont été kidnappés jeunes et prostitués, c'est donc qu'ils les  les tuent et qu'ils s'en débarrassent.

Il y a des jours où je pense sérieusement que ce pays devrait être cautérisé et ses pseudos élites rayées de ce monde.




Et pendant ce temps là ...

Pendant qu'en France on encule les mouches, que les syndicats ont des yeux à 10 facettes, facile pour voir une multitude quand il n'y a qu'une poignée, que les hyènes voient du racisme où il n'y a qu'une plaisanterie un peu lourdingue, que Macron tient son parti d'une main de gauleiter,  la température monte doucement au Moyen-Orient.
Le 03 novembre les Yémenites ont tiré un missile sol-sol depuis le Yemen sur la capitale Ryad. Aucune communication en France là-dessus à ma connaissance. Le prince Salman réunit tous les pouvoirs et tout l'argent, et ces jours-ci, l'Iran fait entrer des bâtiments de guerre dans le golfe d'Aden.

On va se réveiller une nuit avec les sirènes et on se demandera ce qu'il se passe.

lundi 13 novembre 2017

Commémoration du massacre du Bataclan - la justice assouplit les conditions de détention de Salah Abdeslam

Un anniversaire ça se fête et sans exclusive. C'est ainsi qu'à l'occasion des deux ans du massacre parisien du 13 novembre 2015, l'ajustice française a décidé d'alléger les conditions de détention d'Abdeslam, "afin d'éviter qu'il ne se suicide".
Ce type mérite la mort, il n'y a pas photo quoi qu'en pensent législateurs, juges et politiques. Sa détention coûte cher, alors s'il lui prenait la bonne idée de se pendre au pied de son lit où serait le problème ?

dimanche 12 novembre 2017

Le passé comme clé de décryptage du présent et outil de prévision pour l'avenir

Source Antipresse n° 102 du 12 novembre 2017 , Webzine de Slobodan Despot que je vous encourage à soutenir .

Un témoignage personnel: Bosnie, 1992 par Slobodan Despot

«Nous les avons tous suivis, parce que la simplicité était rassurante.» (Hypernormalisation)

Quoique contestable sur bien des points, Hypernormalisation reste un remarquable exercice d’intelligence au sens premier: inter-lier des faits en apparence disparates. Il m’a aidé, entre autres choses, à comprendre ma propre trajectoire.
De manière significative, Curtis fait appel à des références littéraires (et non «scientifiques») pour une compréhension profonde des systèmes: le Pique-nique au bord du chemin des frères Strougatski pour l’URSS moribonde (roman qui servit de base au film Stalker de Tarkovski), et, pour l’Occident, la puissant univers romanesque de William Gibson qui forgea le concept de cyberspace. Cela ouvre une réflexion étourdissante sur le rapport entre la création littéraire et la compréhension concrète du monde où nous vivons. Mais revenons sur le cœur du sujet.
En novembre 1992, je me trouvais embarqué comme interprète-accompagnateur dans la mission Elie Wiesel qui se proposait d’établir la vérité sur la rumeur de camps d’extermination dans les zones serbes de la Bosnie en guerre [1]. Durant tout l’été, la presse internationale n’avait parlé que de ça, vouant à la vindicte les Serbes et leurs leaders, sans distinction. En Suisse, en particulier, la rumeur des «camps de la mort» était devenue un sensationnel feuilleton de l’été, lancée par le magazine L’Hebdo. Fait remarquable, le «reportage» à l’origine de cette avalanche était entièrement autoréférentiel à l’intérieur du milieu journalistique («untel a certifié à son confrère que… lequel a transmis à...»). Encore étudiant alors, j’avais écrit des lettres restées sans réponse aux rédactions en les priant de produire des témoignages probants et indépendants et, surtout, de ne pas impliquer tout un groupement ethnique dans l’amalgame des «criminels serbes». Lorsque l’occasion s’est présentée de m’embarquer dans une mission d’enquête, je n’ai pas hésité. Ce fut la meilleure école de «journalisme» dont on pouvait rêver.

Wiesel était accompagné de rescapés de l’Holocauste issus de sa fondation et d’une quarantaine de journalistes. Nous avions atterri par surprise à Banja Luka (capitale de la Republika Srpska) après un vol rocambolesque: l’ambassade US de Belgrade nous avait adjoint in extremis et de force un de ses espions, faute de quoi «nul ne pouvait garantir la sécurité de l’avion». Puis nous nous sommes embarqués pour Manjača, le plus mal famé de ces fameux camps. Comme on allait le voir par la suite, le petit espion U. S. était là pour «gérer la perception» des journalistes et des témoins embarqués — mais son opération allait être un échec.
Dans l’autocar qui nous menait vers le site, j’étais assis à côté d’une journaliste britannique travaillant pour une grande chaîne. Elle était morose et fermée. Me faisant passer pour un collègue «de chez eux», j’ai entamé la conversation. Elle m’a dit à peu près ceci: «A quoi bon y aller? De toute façon, ils auront préparé une mise en scène.» Elle parlait des «Serbes» avec un dégoût et un mépris de chasseur de vampires. Son reportage était de toute évidence écrit avant son départ.
Or, nous avons débarqué dans une ferme d’alpage convertie en hangar de détention. Des prisonniers y étaient alignés avec leurs couvertures. Ils étaient maigres, tout comme leurs gardiens. Personne, en ce lieu, n’aurait eu le temps d’effacer les preuves et les structures d’une extermination de masse avec quelques heures de préavis. Pas même un mirador à filmer! Les cinq ou six équipes de télévision sont reparties bredouilles et dépitées.
Ayant visité plusieurs lieux suspectés, Elie Wiesel a déclaré avoir vu une réalité dure, mais sans aucun rapport avec les camps nazis. Aucun média occidental n’a fait état de sa mission: elle ne cadrait pas avec la narrative préfabriquée. Les «camps de la mort» de l’été 1992 ont eux aussi fini dans le magasin des accessoires [2].

Or il se trouvait parmi ces quarante journalistes un Français portant lunettes rondes et moustache à la Hercule Poirot. Jacques Merlino était alors chef des informations à France 2. Il était furieux, mais pas pour la même raison que ses collègues. «On a fabriqué une fiction totale autour de cette guerre!», nous a-t-il dit le dernier soir, avant de s’embarquer pour Paris.
Merlino a joint l’acte à l’indignation. Il a mené une enquête méticuleuse sur la fabrication des bons et des méchants en ex-Yougoslavie. Il a même interviewé James Harff, le patron de Ruder & Finn, la principale agence de RP chargée de «convertir l’opinion juive» aux USA, à l’origine favorable aux Serbes et hostile aux musulmans. Et celui-ci, fier de son coup, a tout déballé. Pour répandre d’épouvantables histoires de génocide, il lui suffisait d’un fax et d’un bon carnet d’adresses…
Les Vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire s’est vendu à des milliers d’exemplaires, a été rapidement épuisé, mais n’a jamais été réédité. Jacques Merlino, lui, a vu sa carrière définitivement brisée. Il avait osé déchirer le rideau de l’«information spectacle». Il fut envoyé comme correspondant en Chine. Puis la profession a perdu sa trace.

Ni son livre, ni les autres contre-enquêtes solidement documentées, ni les couacs répétés du TPI de La Haye, ni l’intervention totalement illégale de l’OTAN dans ce conflit n’ont rien changé à la narrative et à ses visions manichéistes. L’hypernormalisation médiatique, dans le cas yougoslave, a fonctionné sans heurts. Aucune irruption de réalité n’est venue perturber l’instauration délibérée du fondamentalisme islamique dans les Balkans et en Europe.
Deux ans plus tard, je devais comparaître comme «témoin-expert» dans le procès d’un serbe de Bosnie arrêté et jugé en Suisse sur délégation du TPI pour de supposés crimes de génocide en Bosnie du Nord-Ouest (la presse répandait à l’époque une rumeur de «tueurs du week-end», rentrant d’Europe de l’Ouest pour tuer du musulman pendant deux ou trois jours). Cet innocent, qui avait été détenu pendant presque deux ans en Suisse sans conseil, sans explication ni contact avec son ambassade au mépris des droits de l’homme les plus élémentaires, fut relaxé et obtint dommages et intérêts. La fiction journalistique avait contaminé même les juges, mais elle devait se briser sur un écueil élémentaire: la nécessité d’apporter des preuves, ou du moins des témoignages crédibles. Ni les unes, ni les autres ne purent être réunis dans le cas de Goran G. [3]

Pour ma part, et depuis cette expérience, j’ai été définitivement instruit et n’ai eu de cesse de déshabiller l’inanité des structures politiques, médiatiques et académiques européennes qui ont contribué à ce montage suicidaire. Elles me l’ont bien rendu, en me rangeant dès qu’elles le pouvaient parmi les demeurés à crâne rasé d’extrême droite. «Parce que la simplicité était rassurante…
 Il se trouve qu'à l'époque j'étais officier de renseignements pour un État-major que je ne citerai pas et que je me souviens parfaitement de l'ambiance anti-serbe qui régnait alors ainsi que des bulletins de renseignement fournis par nos "alliés" américains. A mon modeste niveau j'avais alors essayé d'apporter un éclairage un peu plus objectif et moins manichéen sur ce conflit .

samedi 11 novembre 2017

Las Vegas - Terreur et false flag ?



ça devient tellement commun que personne ne se pose plus de questions. Un type tire au moins 600 cartouches depuis sa chambre d'hôtel, tue presque qu'une soixantainesde personnes et en blesse dix fois plus sans aucune raison vraiment crédible. On nous montre une photo du corps du "suicidé" prise dans la chambre d'où il aurait tiré  il n'y a aucun étui visible alors que le sol devrait  être jonché. de 600 douilles !
De plus ce comportement ne correspond pas du tout à ce qu'en disent ses proches et son expérience des armes semble avoir été plutôt lacunaire surtout en ce qui concerne les armes automatiques. Des films qui disparaissent, des policiers dubitatifs , mais finalement l'évènement est créé et aux USA on ne pourra plus se rendre à un évènement de country musique sans une certaine peur au ventre ...

L'Eglise est morte un 9 novembre

Lobby gay, lobby financier, mort de Jean-Paul Ier, … : un livre choc sur le Vatican – medias-presse.info

Sur MPI est paru un article relatant la sortie d'un livre explosif à propos du Vatican écrit par le journaliste italien Gianluigi Nuzzi : "Péché Originel".
Ce livre dévoilerait la perversité de l'administration vaticane, magouilles financières, orgies sexuelles homosexuelles, drogues parties, probablement sacrifices humains lors de cérémonies que l'on peut imaginer lucifériennes, meurtres de ceux qui résisteraient ou deviendraient compromettants..

Comme je l'ai écrit en commentaire sur MPI :


Après cela, l’Église en tant qu’appareil, administration, hiérarchie même, est morte, compte tenu du mode de renouvellement des Papes qui est la cooptation. Subsistera toujours une assemblée des fidèles mais je ne vois pas comment les fidèles pourraient reprendre la main. C’est l’inconvénient d’un système centralisé qui ne peut perdurer que par la vertu de ses clercs. Si le Pape lui-même est un pervers, ce n’est pas véritablement dramatique, à sa mort le nouveau remettra de l’ordre, il y a plusieurs exemples historiques, mais si la majorité des Cardinaux sont des pervers, que faire ?

Que faire en effet ?

Dès lors on comprend beaucoup mieux la politique - jusque là incompréhensible et déroutante - du Pape  Bergoglio dont on imagine mal qu'il ne soit pas partie prenante à toutes ces joyeuses festivités autour de l'oignon, compte tenu du mode de désignation par cooptation .
On peut dire sans grand risque de se tromper que Satan dirige l'administration vaticane et par là même que toutes les décisions prises par l’Église sont sujettes à caution.
La refondation de l’Église à partir d'un noyau sain (et saint) est désormais une impérieuse nécessité !

vendredi 10 novembre 2017

Pour remporter un prix, parler des nazis - Décryptage - Actualité - Liberté Politique

Pour remporter un prix, parler des nazis - Décryptage - Actualité - Liberté Politique

[... ] Depuis vingt ans, a relevé le site, un quart des ouvrages primés par les quatre principaux prix littéraires (Goncourt, Goncourt des lycéens, Renaudot, Fémina) ont trait à la Deuxième Guerre mondiale. Et cette année, c’est belote et rebelote, fromage et dessert, Goncourt et Renaudot.

Certes, c’est dans ce contexte historique que Zweig, Mann, Vercors, Buzzati, Némirovsky, et d’autres encore, ont planté leur décor pour leurs plus beaux romans. Il n’y a pas de mauvais sujet, il n’y a que de mauvais écrivains. Mais quand la source d’inspiration ne se renouvelle pas, quand le thème devient aussi attendu dans un Goncourt que les roucoulements dans un Barbara Cartland, on a des raisons d’être inquiet pour la littérature française, comme un prof de lycée se soucierait de voir tous ses élèves, un jour de dissertation libre, s’engouffrer en rang d’oignons dans la même tarte à la crème [...]
La suite sur LP



Quelle plus belle démonstration de l'absurdité du politiquement correct, de la nullité de cette chasse aux prétendus nazis, de ces faux frissons devant la pseudo résurgence d'une menace brune, quand les vraies menaces sont toutes autres.

jeudi 9 novembre 2017

Levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour la diffusion d’images des exactions commises par Daesh – medias-presse.info

Levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen pour la diffusion d’images des exactions commises par Daesh – medias-presse.info

En résumé :

Un député peut :

  • Signer des pétitions pour soutenir « Nique la France »
  • Exploser le crâne d’un opposant
  • Magouiller avec l’argent d’une mutuelle bretonne

Un député ne peut pas :

  • Dénoncer les exactions de Daesh, photos à l’appui  
Le reste sur MPI

mardi 7 novembre 2017

Préparez vos pulls et doudounes pour les coupures d'éelectricité de l'hiver

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a prévenu mardi qu'il pourrait être amené à prendre des mesures "exceptionnelles" allant jusqu'à des coupures programmées cet hiver pour assurer l'alimentation des foyers français. Des arrêts de centrales non prévus ou des conditions climatiques hors normes "pourraient fragiliser l'alimentation électrique des Français" pendant les mois les plus froids, indique RTE dans son bilan prévisionnel.


Et la descente aux enfers continue ...

lundi 6 novembre 2017

« Grand Remplacement » devient une expression interdite sur les forums Jeuxvideo.com – medias-presse.info

« Grand Remplacement » devient une expression interdite sur les forums Jeuxvideo.com – medias-presse.info



A lire sur MPI

Familles je vous hais

Il y a quelque chose d'effarant et d'effrayant, à voir la campagne d'échelle sinon mondiale, du moins européenne qui est menée actuellement prétendument contre les agressions faites aux femmes.

Loin de nous l'idée de protéger d'une quelconque manière que ce soit les agresseurs sexuels en tout genre, mais l'éruption des dénonciations, la "libération" de la parole des dizaines d'années après les faits me semble suspecte, surtout quand elles ne visent que le mâle hétérosexuel blanc et proviennent souvent de vieilles juments de retour.

Parallèlement, les mêmes organes féministes, en pointe aujourd'hui, ont été d'une discrétion de libellule lors des agressions et des meurtres sexuels commis en Europe par les immigrés sauce Merkel, et disons-le, par les immigrés en général.

Réseau libre citait hier, les cas de deux pédophiles exogènes, que les services britanniques avaient mis plusieurs années à neutraliser  pour ne pas avoir voulu voir la réalité des faits en faisant de l'aracisme ; l'aracisme étant cette attitude postmoderne qui consiste à nier des faits pour ne pas être suspecté de racisme et à reporter les causes de l'agression sur la victime.

En clair, cette vague de dénonciations de gorets de tout acabit, me parait être une manœuvre de basse politique afin de déstabiliser encore plus les rapports homme/femme dans cette société brinquebalante qui ne tient plus que par ce qu'il subsiste de famille et de liens hétérosexuels.
La société dont rêvent ceux qui nous dirigent dans l'ombre, n'en déplaise à certains qui jouent aux trois singes, serait une société marchande, où les individus seraient tous atomisés en vue de mieux les contrôler par l'affect (au sens de manifestation temporaire et irrationnelle d'émotions ) , c'est à dire sans liens affectifs durables, donc de préférence homosexuels, ou satisfaisant leur besoins grâce à des robots sexuels que l'on voit émerger en Extrême-Orient.
Les liens hétérosexuels et la création d'une famille autour d'enfants naturels serait entravée autant que faire se peut avant, peut-être dans un avenir pas très lointain, d'être ostracisés. On trouve de tels tableaux dans nombre de romans d'anticipation.

Il faut être aveugle pour ne pas voir que les lois sur la famille, le divorce, l'avortement, demain la procréation assistée et la grossesse pour autrui en attendant des machines incubatrices comme dans Le Meilleur des Mondes  concourent toutes à la suppression des liens familiaux et de solidarité au sein des groupes créés autour de la conception d'enfants.

La campagne mondiale actuelle prend alors toute sa place . C'est un outil qui marque une étape de la désagrégation et refuser de le voir relève tout à fait de l'attitude de l'autruche que nous connaissons bien, en particulier dans ce pays, depuis des décennies.

Gros fou-rire à la CIA et à la NSA | Le blog d'Arnaud de Brienne

Gros fou-rire à la CIA et à la NSA | Le blog d'Arnaud de Brienne


Merci au blog Arnaud de Brienne